Le Blog

UN ENFANT A-T-IL BESOIN DU COACHING ?

Un enfant, parfois, n’arrive pas à se confier à ses parents. Il peut enfouir son mal-être et toutes ses questions sans réponses au plus profond de lui. Pas facile à se construire avec un tel poids ! Notre rôle en tant que parents c’est de rendre nos enfants autonomes. Et, si possible, bien dans leur peau, confiants et heureux dans la vie.
Comment construire un tel fondement qui leur permet, une fois adultes, d’aller jusqu’au bout de leurs rêves ? Notre exemple de réussite est-il toujours aussi parlant pour nos enfants ?
Que nous dit la science à ce sujet ?
De notre premier contact avec le monde notre cerveau commence à traiter l’information. L’une de ses fonctions est de « généraliser » cette information. C’est une fonction indispensable : sans elle nous resterons toujours dans le stade du « bébé ». Cependant, cette fonction du cerveau peut aussi manifester une forme négative : lorsqu’elle « confond » nos expériences et met une « étiquette » qui nous desservira plus tard. Une sorte de « copier-coller » sans argument du fond.
Voyons un exemple.
Un enfant sort de son milieu surprotégé (sa famille) et se retrouve à l’école maternelle.
Il se fait taper une ou deux fois et cherche de l’aide auprès des adultes. Les adultes, le plus souvent, le protège en punissant l’agresseur. L’incident est clos. Pour l’école.
Plus tard, dans la cour de l’école primaire, l’enfant commence à comprendre que les adultes ne peuvent pas toujours tout gérer pour lui. Mais il cherche toujours un refuge car son cerveau à bien mit cette étiquette sur l’information « agression-victime-aide ». L’enfant ne connaît pas d’autre « issu » possible. Parfois, les parents conseillent de « riposter ». Mais comment « riposter »  si l’enfant incarne l’image de lui même qui ne lui permet pas d’avoir cette attitude au moment où il se sent exposé au danger?
Les enfants s’adaptent : il y a ceux qui se construisent en s’appuyant sur d’autres expériences, il y ceux qui ont la chance d’avoir une « bande d’amis » , il y a ceux qui se réfugient dans les jeux vidéo, il y a ceux qui deviennent agresseurs à leur tour…..
Comment, une fois adultes, ces enfants se positionneront-ils face à un patron abusif ? Face à un collègue « trop culotté » ? Face à un voisin « sans gêne » ?
Des exemples de ce type, nous les connaissons tous : « il n’est pas matheux », « elle est trop timide », « touche pas à l’argent, c’est sale ! », « tu est feignant ! » Imaginons les conséquences….
MAIS CE N’EST QUE DES EXEMPLES 
qui incitent au questionnement :
Où est mon enfant dans sa construction d’estime de soi , quels sont les fondements de sa personnalité ?